Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2010

London: deuxième jour

Londres, deuxième jour, 8h A.M.:

Réveil difficile donc à cause du ronfleur, les autres dorment encore, mais comment font-ils??? Direction la douche, un petit coup de froid mais le chaud arrive assez vite, heureusement car on ne peut éviter les jets. Petit déj, le repas le plus important de la journée, apparemment pas chez les anglais, café ou thé, ils ne connaissent pas le chocolat, car il n'y a que de l'eau chaude, où ils ont vu que l'on prenait un chocolat avec de l'eau chaude!! Des céréales, très bien, mais pas de jus d'orange, soit de l'eau, soit un truc rose, il faut tenter, c'est immonde, un liquide sans goût, totalement indescriptible.

On revient dans la chambre pour se préparer pour le départ, programme de la journée, The British Museum, et ce soir Hairspray! Repatinage dans les rues, c'est pas simple, et surtout qu'il faut pouvoir se diriger dans ces rues inconnues, heureusement il y avait des plans dans le pub, mais il n'y a pas toujours le nom de la rue dans laquelle vous rentrez donc il faut espérer ne pas se tromper, et surtout il faut regarder à gauche avant de traverser, il n'y a pas toujours de petit bonhomme, et même s'il est vert, les taxis sont prêts à vous écraser, c'est une ville qui n'est absolument pas faite pour les piétons, on ne sait jamais quand traverser et même si vous traversez correctement, il y a un taxi qui arrive et qui ne ralenti pas, ma chère voisine a beaucoup apprécié ce point, au final nous avons fait comme tout le monde, traverser n'importe comment, c'est presque pire qu'à Paris.

Nous trouvons The British Museum, un homme devant la porte, porte une pancarte pour des tours en bus, si je me souviens bien, sympa comme boulot, nous sommes restés au moins trois heures dans le musée, en sortant il était encore là, l'horreur surtout qu'il n'avait plus vingt ans. Nous nous dirigeons vers le Ruskins Coffee, indiquez dans le guide du routard comme un endroit sympathique pour prendre un thé, le décor est simple, quelques tables, la vitrine donne envie, il y a aussi bien des salades, des sandwichs, que des parts de tarte salée ou sucrée. Nous décidons de prendre un thé avec des scones, délicieux, les scones ont été chauffé, avec un peu de beurre c'était parfait après toute cette marche, ça réchauffe et en même temps ça rempli l'estomac, j'essaye de suivre la conversation des jeunes anglais à côté de nous, mais ils ont un accent terrible, habitué à entendre des américains, je ne comprend pas la moitié des mots, cela promet.

Nous décidons d'aller vers le théâtre pour le repérer et repérer le restaurant car nous avons pris la formule théâtre+restaurant, nous marchons en essayant de nous situer, et par chance nous tombons pile que le théâtre, le Shafesbury Theatre, le fronton est pas mal, grosse image de l'affiche avec une bombe de hairsrpay évidemment. Comment trouver le resto sans l'adresse, nous rentrons dans le théâtre pour leur demander, ma voisine pose la question a une personne qui ne semble pas savoir, elle demande à une de ses collègues, au final ils seront 5 autour d'elle pour essayer de savoir où cela se trouve, une personne nous dit, en sortant à gauche et première à droite, et puis tout droit, c'est un peu vague car on peut aller très loin, nous suivons les indications, sans savoir où nous allons au bout de dix minutes, on se dit que c'est un peu loin du théâtre, il y en a un autre pas loin, c'est Chicago qui s'y joue, ça aurait été sympa aussi!

Le caissier nous renseigne car il sait où il se trouve mais il commence à rentrer dans de longues explications, je commence à me perdre, et elle aussi car elle lui demande de faire simple, il suffit de prendre à droite en sortant et de prendre la rue, je ne sais plus le nom, c'est simple qu'il nous dit. Nous sortons et suivons les indications, nous tombons dans une rue très passante, je sort le plan et essaye de voir où est la rue qu'il a indiqué, au moment où nous relevons la tête le resto est juste devant nous, parfait! Et juste à côté il y a le fameux marché de Covent Garden, et bien c'est très bien nous allons pouvoir visiter, c'est très sympa comme le dit le guide, les anglais ont eu l'intelligence de garder l'armature de l'ancien marché, car c'est un peu comme le marché des Halles à Paris, au lieu de tout raser ils ont gardé l'ensemble qui donne un côté authentique, et on a l'impression d'être à une autre époque, ce n'est pas très grand mais il y a de tout. Maintenant ce sont de belles boutiques, des cafés qui sont installés là mais on peut sentir comment cela pouvait être à l'époque.

Nous tombons sur un plan des alentours et du marché en lui même avec les théâtres et les lieux culturels de Londres, si c'est pas merveilleux. Les théâtres sont très concentrés dans le centre, très proches les uns des autres, comme cela devait être à Paris sur le boulevard du crime. Les théâtres ne se ressemblent pas du tout, l'architecture est très étrange, c'est comme des frontons de châteaux comme l'on peut voir dans les films, genre "Hantise", le film de 1998 qui se passe dans un château, les portes sont basses, les halls sont soit très grands, soit tout simple, autant la plupart des théâtres se ressemblent à la base autant là chacun à sa particularité. Le nombre de comédies musicales présentées est beaucoup plus important qu'en France, c'est sans surprise, mais ils font de tout, comme cette version de la Revanche d'une Blonde (Legally Blonde) le film avec Reese Witherspoon, ça donne envie mais il y a aussi Mama Mia, Le Roi Lion, Billy Elliot, Calendar Girl, Thriller (la vie de Michael Jackson, vu la bande-annonce qui passe dans le hall, ça n'a pas l'air terrible).

Après avoir bien marché nous décidons d'aller au resto, le théâtre est à 19h30, et il faut être au resto à 18h, nous serons un peu en avance, c'est que nous imaginions! Nous retrouvons le resto, nous entrons, la jeune fille ne trouve pas notre réservation, elle appelle sa responsable qui regarde et ne nous trouve pas non plus, super! Mais en regardant bien elle trouve, "trop de noms" dit-elle en rigolant, il y en avait genre 40 c'est pas la mort surtout que ça doit être par ordre alphabétique où l'heure de la réservation mais bon, la serveuse nous installe sur des banquettes, c'est un resto américain, oui nous sommes bien partis en Angleterre, la serveuse revient avec les cartes, elle nous demande si l'on veut boire quelque chose, de l'eau? Ah non, ils ne font pas l'eau du robinet, c'est forcément en bouteille, super! Donc coca pour elle et eau en bouteille pour moi, difficile de dire eau plate, surtout que la serveuse n'aide pas beaucoup, aucun sourire, aucun effort pour parler distinctement, ce n'est pas de notre faute si elle n'aime pas son boulot!! Nous choisissons des hamburgers, sur la carte il y a bien marqué avec viande ou végétarien, lorsque la serveuse revient, nous passons commande, en précisant non végétarien, elle a regardé ma voisine avec un air d'interrogation, sans demander plus d'explication, nous ne savions plus quoi faire, et elle est partie sans rien dire, charmant, vraiment so nice. Le serveur arrive avec nos plats, ma voisine remarquera qu'il ne souris, genre pour une pub de dentifrice, que lorsqu'il arrive devant les clients, j'ai pu remarquer les deux personnes à l'accueil qui se marrent comme des folles alors qu'il y a une personne devant elles et au bout d'une minute, "oh sorry", genre elles ne l'avaient pas vu, mais où somme-nous, tout le monde dit que les anglais sont sympa!! Nous finissons les repas, elle décide de demander la carte des desserts et de ne pas en prendre juste pour faire chier la serveuse. A ce moment là nous nous rendons compte qu'il est bien plus tôt que ce que nous pensions, nous avons mangé à 17h! Le truc qui ne nous était jamais arrivé avant, ce qui n'empêche pas le restaurant d'être plein, nous apprendrons que les Anglais mangent très tôt, à 20h la plupart des restaurants sont vides! La serveuse arrive, toujours sans sourire, elle demande si on veut la facture, je dis oui sans vraiment comprendre ce qu'elle dit, je veux partir de ce truc, elle dépose l'addition au bout de la table sans s'arrêter et sans un regard, on ne comprend pas pourquoi il y a une addition vu que l'on a déjà payé. Ma voisine demande une explication, elle lui dit sans la laisser finir qu'il n'y a pas d'autres additions, et que tout est compris dans celle-ci, en fait il faut payer les boissons. Donc la serveuse est sèche, froide, la bouffe est pas terrible, et il y a des courants d'air donc ne jamais aller au Maxwell's bar sur James Street, c'est à chier!!

Nous repartons content de sortir de cette endroit pourri. Nous faisons encore le tour du quartier, nous tombons sur Chinatown, qui est vraiment délimité par des portes et tout est en chinois, et dans la rue il n'y a presque que des Chinois, un autre monde alors que dans la rue parallèle, c'est là où il y a le plus de théâtres, incroyable, mais bon ce n'est pas plus intéressant que ça.

Direction le théâtre pour Hairspray! A l'entrée, une personne nous propose des boîtiers, où nous pouvons avoir les sous-titres, pas cons ces Anglais. On donne les billets au postier, qui dit qu'il faut aller au comptoir, pour les changer pour de meilleurs, la personne nous propose au lieu du deuxième balcon des places au huitième rang d'orchestre, comment ne pas refuser! Nous entrons, les couloirs sont minuscules, une personne nous accueille les mains dans les poches et nous dis que l'orchestre c'est en bas, charmante, nous descendons, nous remontons quelques marches, nous sommes au bar, on se dit qu'il vaudrait mieux aller aux toilettes avant, j'ai repéré les toilettes pour Ladies juste à l'entrée, pas cons non plus, mais où sont les toilettes pour Gentlemen, en rentrant c'est à droite, passez devant le vestiaire qui est un véritable placard, je vous jure, passez devant un bar, c'est tout droit. Nous rentrons dans la salle, on se place tout seul, il n'y a plus personne, on s'installe et le spectacle peut commencer Hairspray! Nous sortons enchantés, et nous repartons vers l'auberge dans un Londres glauque car les rues sont mal éclairées, et il n'y a pas un chat, nous ne sommes qu'à dix minutes à pied de Picadilly, et il n'y a personne dans les rues, même pas des commerces ou des pubs, étrange comme ville. Nous nous couchons, heureusement le ronfleur de la veille est parti, quelqu'un à ouvert une fenêtre, merci, merci, et nous nous endormons mais malheureusement une autre personne prend le relais du ronflement!! Nom de Dieu, en même temps ça fait parti du charme des auberges de jeunesse.

plan-londres-détail2.gif

Dans quelques heures le reste de nos aventures.

10:00 Publié dans Cinéma, Expo, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : london

Commentaires

Ah, vous me rappelez l'année que j'avais passée à Londres il y a trois ans. Que de bons souvenirs. Vous m'avez rendu nostalgique.

Et sinon, en effet, quand vous traversez au feu rouge ou en dehors des passages pour piétons, les voitures accélèrent pour vous écraser. C'est violent mais on s'y habitue au bout d'un moment. ;)

Écrit par : Guillaume | 19/01/2010

Écrire un commentaire